On a tous des techniques préféré, que l’on « sent » bien et que l’on aime appliquer car elles passent souvent et qu’elles nous font gagner. Jusqu’au jour où celles-ci deviennent inefficace car nos partenaires/adversaires savent à quoi s’attendre.

     En fait, un Tokui Waza doit rester une technique « secrète », il ne faut jamais l’utiliser en combat pendant les entraînements, ni la démontrer. C’est une (ou des) technique propre à chacun que l’on est capable d’utiliser n’importe quand si la situation l’exige. Aussi elle doit rester un élément de surprise.

     On peut (même on doit afin de la parfaire) la travailler en entraînement mais en la cachant parmi d’autres techniques. Ainsi, en Uchi Komi, je fais d’abord une technique A, puis une B, ensuite mon Tokui Waza, et enfin une C… De même, en Randori, où on essaye de l’appliquer de façon plus réaliste, le principe est identique : je ne fais jamais la même technique aveuglement, au contraire, grâce à une grande variété technique j’amène mon Tokui Waza. Et, que celle-ci fonctionne ou pas, je passe à une nouvelle projection.

     Un Tokui Waza se travail principalement en solitaire, contre l’ombre et en « visualisation » afin de la parfaire et de la rendre explosive (notion de Hakei). Pour une projection ça peut-être contre un arbre ou un poteau, pour un Atemi face à un Makiwara…

     Par contre il ne faut pas se contenter d’un seul Tokui Waza, il faut envisager plusieurs aspects dans une défense, et dans les différentes directions, face à plusieurs adversaires… Mais sachez rester simple, car de la simplicité découle l’efficacité.

     Enfin un dernier conseil avec un Tokui Waza, n’expliquez, ni enseignez, jamais celle-ci, sinon vous la perdrez et vous mettrez du temps à la retrouver. Cela m’est déjà arrivé deux fois…