Une illusion est la capacité d’un individu à faire une chose, à un groupe de personne, afin que ceux-ci la considère comme vrai, bien qu’elle soit fausse. De plus celle-ci peut facilement être renforcé par nos croyances, notre éducation, nos idées préconçues… ce qui nous rend d’autant plus manipulable. On observe ceci dans tous les domaines de notre vie ainsi que dans les arts martiaux.

     Mon objectif ici n’est pas de vous dire qu’il faut croire, ou ne pas croire, chacun a son libre arbitre en fonction de ce qu’il est, mais de vous faire comprendre (et prendre conscience) certaine « vérité » sur les arts martiaux afin de ne pas vous faire piéger par celle-ci et que vous trouviez votre Voie.

     Tout d’abord prenons l’exemple des Atemi de la main poing fermé : tous les sports de combat n’utilisent que celui-ci, ainsi que de nombreux arts martiaux. Il s’agit là de la forme « rituel » de la frappe où l’on cherche à avoir une arme contondante afin de mettre un adversaire hors de combat, de ce fait ce coup est très rarement létal. De même on est obligé de réarmer son poing à chaque coup que l’on veut assener. Beaucoup de personne s’entraîne donc à l’aide de cette frappe, avec des gants, dans un échange de coups… cette pratique existe depuis des siècles et est ancré dans nos gênes. Pourtant, en réalité, si l’on veut être efficace en Atemi, il faut oublier cette forme de poing : rappelez-le vous, un précepte du Karate dit « les mains et les pieds sont des sabres » et plus la surface d'impact est petite plus le coup est pénétrant et puissant. C'est-à-dire que les mains doivent être en mesure non seulement de frapper, mais aussi de piquer, couper… De plus le poing fermé ne nous permet pas l’exécution de frappe multiple et d’exploiter pleinement le Hakei. Alors ouvrez les mains, renforcez-les si besoin, et expérimentez l’ensemble des frappes mains ouverte…

     Il en est de même avec les projections, ou les immobilisations : projeter quelqu’un sur le dos pourra lui « couper » le souffle mais ne l’empêchera pas de contre-attaquer car vous serez toujours dans son champ visuel. Par contre, si vous le projeter sur le ventre, non seulement vous disparaissez de son champ de vison, mais vous avez aussi accès à tout ses points vulnérable situé dans le dos et derrière la tête. Sans que celui-ci puisse les protéger et se défendre. Même chose pour les immobilisations, vous serez d’avantage en sécurité si votre adversaire est sur le ventre plutôt que sur le dos.

     Le souci est identique avec les armes. Par exemple en Iai Jutsu moderne, on cherche des mouvements ample et esthétique alors, qu’en vérité, ceux-ci devrait être court et puissant, sans fioriture inutile ou aberration (comme faire des dégainé à partir de la position Seiza).

     En fait, nous sommes toujours bercés d’illusion par rapport à nos croyances, ce que nous pensons être, ce que nous apprenons. Ceci est d’autant plus vrai lorsque ce que l’on apprend viens d’une autre culture…

     Ma volonté ici n’est pas de dénigrer une pratique une pratique, chacun sa Voie. L’objectif est de voir, d’un œil extérieur, ce qui nous entoure, de nous remettre constamment en question : nos seulement nos capacités, mais aussi nos connaissances, nos croyances, notre vision du monde. Ceci permet d’évoluer, de grandir et (je l’espère) de ne pas se faire prendre au piège des illusions. Sortez des sentiers battues et vous verrez plus facilement certaines de ces illusions et, pour reprendre l’adage d’un jeu : « Rien n’est vrai, tout est permis ».