Il existe trois attaques majeures du pied : le coup de pied de face (Mae Geri), le coup de pied de côté (Yoko Geri) et le coup de pied dit circulaire (Mawashi Geri), qui peuvent être donné sur différentes hauteurs. Il faut savoir que plus un coup de pied est haut, plus il est facile de le contrer, celui-ci étant moins rapide. C’est pour cela que l’on enseigne de ne jamais frapper au-dessus de la ceinture en combat. Mais, lorsque l’on regarde les combats sportifs, ceci n’est jamais le cas et les pratiquants imitent toujours (malheureusement) ce qu’ils voient. C’est sur cette faiblesse qu’il faut alors jouer pour contrer une frappe du pied.

     Face à une attaque du pied nous avons plusieurs possibilité : reculer, esquiver, bloquer en absorbant le choc, entrer dans l’attaque pour rendre celle-ci inefficace... Les attaques basses nous obligent souvent à bloquer ou esquiver celle-ci, du fait de leur vitesse, des points visés et de leurs distances plus courte. Par contre, une attaque moyenne ou haute à tout intérêt à être contré en entrant dans l’attaque adverse. Pour cela, au moment où l’on avance sur l’adversaire lors de sa frappe, on vient percuter l’un des Kyusho de la cuisse (points Yako, Fukuto, 8 Foie, 31 et 32 Vésicule Biliaire...) d’une main tout en se protégeant de l’autre main. Avec de la pratique, une main frappe la cuisse tandis que l’autre frappe le torse ou la tête de l’adversaire. J’insiste sur le fait qu’ici nous sommes sur une frappe au niveau de la cuisse (généralement juste au-dessus du genou) et non un blocage. Cette frappe, qui doit être pénétrante (de type Oni Ken ou Hira Ken), a pour objectif de perturber la position de l’adversaire et nous offrir ainsi une ouverture pour un contre.

     Ce type de contre-attaque n’existe pas en combat sportif du fait du port des gants de protection qui empêchent toute frappe pénétrante. De ce fait elle a souvent l’avantage de surprendre un adversaire « enfermé » dans le rituel sportif. A partir de ce simple contre il existe une multitude d’enchaînements : avec les mains, avec mains et coudes, projections… que chacun peut travailler en fonction de sa pratique et de son niveau.