"extrait de Kiai Jutsu, l'art du ventre"

 

         Traditionnellement le Kiai Jutsu est décrit comme étant « le cri qui tue ». Pourtant il devrait être considéré comme étant « le cri de la vie ».  En effet, il rassemble tout ce dont le corps humain est capable en matière de concentration physique et mentale afin de pouvoir libérer le Ki, cette force explosive accumulée, via le Hakei.

         Le Kiai (union des énergies) n’est pas seulement un cri lors d’un combat, il est l’expression du combattant. De plus il est aussi très utile lors d’un Kuatsu. Il peut être sonore ou silencieux, dans ce cas on parle non pus de Kiai mais de Aiki (différent de celui de l’Aikido !)

         Un Kiai s’applique généralement lors de la phase décisive d’une technique, il exprime l’unité de la volonté et de l’action, le cri venant du vendre et plus précisément du Tanden.

         Un Kiai peut être une arme défensive, car il représente :

  • Une attitude d’ensemble du corps,
  • L’expression d’un état d’esprit,
  • La détermination et la volonté qu’on lit dans le regard.

Mais il est aussi une arme offensive, dans lequel on dirige notre Ki vers l’adversaire. Il est exprimé par un son bref, intense et soudain ; il peut être aigu ou grave suivant la situation. Mais il faut retenir que le son est moins important que l’énergie libérée. On l’exprime généralement par un son comme :

  • Hei !
  • Yah !
  • Yo !
  • To !
  • Ia !
  • Do !
  • Tah !
  • Aum ! pour un Kiai silencieux, on parlera alors de Aiki ou de Kensei.

 

Parmi tout cela on distingue quatre sortes de Kiai :

  1. Bas et grave, lorsque l’énergie s’exprime dans l’action.
  2. Haut et aigu, lorsque l’action est terminée
  3. Normal et fort, utilisé en Kuatsu, comme un cri d’appel.
  4. Silencieux, utilisé en Kuatsu, en méditation ou en action.