L’un des préceptes de la main vide nous dit : « Il n’y a pas d’attaque en Karate ». Cette vérité devrait aussi se vérifier dans la Voie de la souplesse où l’on doit utiliser le mouvement adverse pour la projection. En effet, lorsque l’adversaire entame un mouvement il fait bouger (volontairement ou non) son corps et son centre de gravité, ce qui induit alors un déséquilibre du corps du fait de ce mouvement. Il ne me reste donc juste à amplifier ce déséquilibre (en allant dans le même sens) afin de projeter celui-ci.

     Ensuite, lorsque l’on maîtrise les principes du « bras de levier » et « d’axe de rotation », il est possible d’aller en contre sens de l’action adverse (mais jamais en force) pour une projection plus puissante ou pour anticiper le mouvement adverse. Prenons l’exemple d’un Atemi du poing, direct, au visage. Idéalement j’utilise le bras qui attaque pour effectuer un Seoi Nage ou un Koshi Waza en rentrant dans sa garde. Si j’esquive vers l’extérieur je peux effectuer De Ashi Barai… Par contre, si je devance son attaque, je peux le projeter vers l’arrière avec la forme ancienne d’Ippon Seoi Nage ou O Goshi…

     Malheureusement la forme moderne du Judo, du fait de la compétition, ne nous permet pas d’appendre ce principe de « non attaque », car nous somme alors sanctionner par l’arbitre. Il faut du spectacle, et deux combattants qui attendent tous deux une faute de l’autre  n’offriraient pas un bon spectacle face à un public qui demande toujours plus !!! Mais pour qui veut suivre la Voie du Judo Traditionnel la première règle est simple : « Il n’y a pas d’attaque en Judo ».